Nutrition, les grands principes en ayurvéda

Mis à jour : 2 août 2019

En ayurvéda, on ne "pense" pas l'alimentation en terme de vitamines, de protéines ou de graisses : on raisonne plutôt en "énergies".



Les aliments possèdent tous un guna (que l'on peut traduire par une propriété, une qualité), un dosha, et un effet soit réchauffant, soit rafraîchissant sur l'organisme. En prime, chacun d'eux présente également un ou plusieurs goûts, issus de l'association de l'eau (contenue dans la salive) et des combinaisons des cinq éléments. Bien se nourrir consiste donc à choisir avec précaution son carburant, de façon adaptée à ses caractéristiques individuelles (son dosha principalement mais également celui de la saison), pour garder un équilibre bénéfique, car la fonction digestive est l'élément-clé de notre bonne santé.


L'importance du "feu digestif"

Si la digestion est liée aux enzymes digestives, c'est agni, qu'on peut définir par le terme de "feu digestif" (et qui correspond prosaïquement à l'ensemble des fonction et réactions enzymatiques permettant la digestion), qui est au coeur du système, et comme tout feu, il doit-être entretenu. L'ayurvéda estime qu'agni est parfait quand l'appétit est régulier et la digestion aisée. S'il est trop faible, nous assimilons mal : le corps s'alourdit et se fatigue, nous perdons notre énergie mais aussi notre joie de vivre. Pour nourrir ce feu, il faut non seulement respecter certains horaires, mais également manger des aliments sains, qui nous correspondent, dans une atmosphère paisible. On peut le stimuler avant le repas en consommant quelques aliments plutôt aigres comme des pickles ou une fine tranche de gingembre frais, ou en buvant quelques gorgées de boisson au kéfir ou du kombucha. Pendant le repas mais également à la fin, on évite tout ce qui est froid (notamment les glaces), qui viennent perturber les enzymes et donc la digestion. On boit un peu, par petites gorgées et chaud (eau ou tisane).


Que mange-t-on ?

Contrairement à ce qu'on croit souvent, la cuisine ayurvédique n'est pas strictement végétarienne : elle utilise, le ghee (beurre clarifié) pour cuisiner, ainsi que les produits laitiers. Et on peut aussi consommer de la viande, du poisson, et des oeufs, mais ils ne sont réellement nécessaires que pour vata, toujours avec modération, ou dans les périodes de convalescence, et au maximum trois fois par semaine.


Au menu, avant tout, des produits sains : fruits et légumes, céréales, produits laitiers, légumineuses... On ne cuisine et ne mange que du frais, jamais de conserves, de plats tout préparés ou même de surgelés ! On essaie de consommer ce qui a été cuisiné le jour même, au maximum le lendemain mais pas après.


Les produits sont toujours choisis de saison, idéalement bio, ou au minimum locaux. On mange chaud, à la limite tiède, mais pas froid, quitte à réchauffer, car la chaleur est la première étape de la digestion, laquelle en sera ainsi facilitée. Ainsi, la plupart des végétaux sont consommés cuits ou tiédis et les crudités sont réservées aux déjeuners estivaux.


Enfin, chaque repas doit associer les 6 saveurs de l'ayurvéda : douce (sucrée), salée, acide, amère, piquante et astringente. Cela ne se traduit pas obligatoirement par des plats compliqués, mais par de bonnes associations d'aliments et d'épices.



Envie d'avoir des conseils ? Le cabinet ayurvédique vous propose un suivi nutritionnel personnalisé, et adapté selon vos besoins (maladie métabolique, troubles digestifs, perte de poids), ainsi que des traitements et massages ayurvédiques. Contacter le cabinet ici.

LE CABINET 

  • https://m.facebook.com/severineayurv
  • Instagram
  • Icône sociale YouTube

LES HORAIRES

ME CONTACTER