LE CABINET 

  • https://m.facebook.com/severineayurv
  • Instagram
  • Icône sociale YouTube

LES HORAIRES

ME CONTACTER

L'horloge biologique en ayurvéda

Mis à jour : 2 août 2019

L'univers est une vaste horloge dont les cycles règlent le temps céleste et terrestre : le corps humain possède cette même horloge biologique, en miniature mais tout aussi précise.


L'horloge biologique en ayurvéda

En ayurvéda, on considère ainsi que chaque dosha est au maximum de ses capacités à différents moments de la journée. Il y a des milliers d'années déjà, les sages indiens avaient déjà posé les bases de la chronobiologie !




Le matin commence par la routine "la dinacharya" (voir ici). Ensuite l'idéal est de poursuivre avec des exercices de Yoga. Le Taï Chi ou Qi Gong est aussi propice à cette période.


Un repas en général salé se prend idéalement entre 7 et 9 heures.


Durant la matinée, l'énergie de Pitta est parfait pour les activités physiques et intellectuelles demandant de l'entrain.


On déjeune dans le calme

Le repas est le plus copieux de la journée. Pour apaiser vata dont le cycle débute à 14h et amener du kapha apaisant. On s'octroie une petite pause après le déjeuner : balade, moment calme de 15 à 20 minutes.


De 14h à 18h, on se met sur des dossiers sérieux. Vata nous aide dans nos efforts intellectuels.


A partir de 18h, on évite toutes les activités nécessitant concentration, créativité, force physique. On entre dans la période kapha propice à la récupération et la régénération.


Idéalement avant 19h, on fait un dîner léger végétarien. On évite les aliments ayant les mêmes qualités que kapha pour ne pas perturber le sommeil.


Avant de se coucher. On applique quelques gouttes d'huiles sur et autour du nombril. On se frotte les pieds avec un peu d'huile de sésame, on humecte le crâne avec un peu d'huile chauffée dans les mains pour favoriser un meilleur sommeil.


On se couche avant 23h. Car après 23h on commence le cycle Pitta qui, si l'on n'est pas couché, relance les activités du métabolisme. On veille à garder des horaires de coucher réguliers, surtout si l'on est vata.


A l'échelle de l'année

Le climat influence lui aussi nos doshas. L'année est ainsi composée de 3 cycles :

- De février à juin, kapha (humide et froid) qui s'est accumulé durant tout l'hiver entre en phase d'aggravation.

- De juillet à octobre, le soleil et la chaleur apportent un excès de pitta.

- De novembre à février, vata a tendance à être en excès du fait des qualités froides et sèches du climat.


Chaque personne peut expérimenter un excès du dosha de la période en cours - kapha au printemps, pitta en été, vata en hiver - mais plus encore durant la période correspondant à sa constitution, en vertu du principe selon lequel "le semblable augmente le semblable".


Ainsi l'été sera une période sensible pour les personnes pitta qui devront donc veiller à limiter les éléments de qualité chaude et à privilégier ceux ayant des qualités froides.


Les ritucharya ("ritu" (saison), et "charya" (routine)) désignent précisément ces différents gestes - habitudes alimentaires, massages, gargarismes, tisanes de plantes, etc. - permettant d'éviter ces déséquilibres en fonction des saisons et des doshas.


A l'échelle d'une vie

L'ENFANCE est une période kapha : pour grandir, le corps a besoin de beaucoup de sommeil.

DE L'ADOLESCENCE A 50 ANS pitta domine : notre énergie est à son maximum.

A PARTIR DE 50 ANS vata prend le relais et nous rend plus enclin à la spiritualité et à la transmission de l'expérience.



Envie de conseils pour vous ? Le cabinet ayurvédique vous propose un suivi nutritionnel selon vos besoins (maladie métabolique, troubles digestifs, perte de poids), ainsi que des traitements et massages ayurvédiques. Contacter le cabinet ici.